La peau est l’un des organes les plus grands du corps humain. Pour un homme de 70 kg, elle représente environ 5% du poids du corps, pour une surface de 1,7m2. Son épaisseur oscille entre 0,4mm sur les paupières, et 4mm dans le dos (c’est tout de même 10 fois plus !).
La peau est également un organe essentiel : elle nous protège des agressions environnementales, permet les échanges thermiques ou encore le contact sensoriel. Elle joue un rôle essentiel dans la communication sociale : miroir des émotions et reflet de notre état de santé, elle rougit, pâlit, s’épaissit ou nous démange. Encore une bonne raison d’en prendre soin et de connaître les facteurs qui pourraient favoriser le vieillissement cutané.

Composition des différentes couches de la peau
Composition des différentes couches de la peau

La peau humaine est composée de plusieurs couches : l’épiderme (la partie que l’on touche), le derme (juste en-dessous), et l’hypoderme (la couche la plus profonde).
L’épiderme contient par exemple les mélanocytes, les cellules responsables de la pigmentation de la peau. Le derme quant à lui, a pour rôle de soutenir l’épiderme, et de protéger les réseaux nerveux et vasculaires, il contient (entre autres !) les fibroblastes, les cellules productrices du collagène et de l’élastine, essentiels à l’élasticité de la peau. Enfin, l’hypoderme, est la couche la plus profonde où sont stockées les graisses. Il contribue à « amortir les chocs » entre le derme et les os, et agit comme un isolant thermique (oui, c’est un peu lui qui explique que les personnes plus minces aient plus facilement froid !).

On la maquille, on la démaquille, on la gomme, on l’hydrate, mais malheureusement, malgré tout le soin qu’on peut lui apporter, la peau vieillit et c’est inéluctable…

Comment fonctionne ce processus de vieillissement ?

La mauvaise nouvelle, c’est que le vieillissement cutané démarre dès 25 ans…
La bonne, c’est que même si le vieillissement cutané est génétiquement programmé, vous pouvez retarder ou minimiser ses effets !

Le vieillissement cutané peut être dû à des facteurs internes physiologiques – on l’appelle dans ce cas le vieillissement intrinsèque – ou à des facteurs externes environnementaux – on le dit alors extrinsèque.

Peau jeune - Coupe et détails
Peau jeune - Coupe et détails
Peau agée - vieillissement intrinsèque
Peau agée - vieillissement intrinsèque
Peau agée - vieillissement extrinsèque
Peau agée - vieillissement extrinsèque

Le vieillissement extrinsèque et ses facteurs aggravants

Pour vous mettre du baume au cœur, commençons par évoquer les facteurs externes qui jouent un rôle sur le vieillissement cutané. Pourquoi du baume au cœur ? Parce que vous pouvez agir sur ces facteurs-là, et avec un peu de chance, retarder, ou minimiser l’inéluctable !
Le bonus ? Adopter des comportements qui retarderont l’apparition du vieillissement cutané sera également bénéfique pour votre santé cardio-vasculaire, votre mémoire, votre foie, et même votre bonne humeur !

Eléments agissant sur le vieillissement cutané
Eléments agissant sur le vieillissement cutané

Commençons par le facteur aggravant le plus connu pour ses méfaits : le soleil. Vous savez probablement déjà qu’il est essentiel de protéger sa peau des rayons du soleil, mais savez-vous quels types de dommages peuvent résulter d’une trop grande exposition au soleil ?

Le photo-vieillissement est la cause majeure du vieillissement cutané extrinsèque : comme son nom l’indique, il est principalement causé par l’exposition aux rayons Ultra Violets (UV).

Les rayons UV sont de 2 types : UVA et UVB ;

  • Dans le cadre du vieillissement de la peau les UVA favorisent la génération de composés dérivés de l’oxygène – oui c’est paradoxal, d’habitude on l’aime bien l’oxygène – qui peuvent endommager les cellules de la peau. On appelle ces composés les dérivés réactifs de l’oxygène (ou ROS pour Reactive Oxygen Species en anglais), et, s’ils sont essentiels au bon fonctionnement physiologique de notre organisme, ils peuvent également avoir des effets délétères s’ils se trouvent en trop grande quantité.
  • De leur côté, les UVB interagissent directement avec l’ADN des cellules cutanées ! Ils peuvent générer des désordres moléculaires qui peuvent altérer le système de réparation de l’ADN et provoquer des « erreurs » à l’origine de cancers cutanés. Donc, pour conserver une belle peau le plus longtemps possible, fini les séances de bronzette de 4 heures après s’être tartinés à la graisse à traire…

 

Le tabac et l’alcool sont deux autres facteurs très importants du vieillissement cutané extrinsèque. Leur consommation a un effet direct sur l’élasticité de la peau et la production de collagène. Ce n’est pas pour rien que les rides du contour des lèvres sont appelées « rides du fumeur »…

Le vieillissement intrinsèque et ses mécanismes physiologiques

 

Le vieillissement intrinsèque met en jeu plusieurs types de mécanismes.

L’un d’entre eux concerne les radicaux libres,  Ils font partie des ROS – les dérivés réactifs de l’oxygène dont nous avons parlé plus haut – et peuvent endommager les cellules et les protéines indispensables à l’élasticité de notre peau. On appelle ce phénomène le stress oxydatif. Les ROS sont naturellement présents dans notre corps et ont un rôle physiologique important. Ce n’est que lorsque les effets négatifs de ces composés dépassent leurs effets positifs que l’on parle de stress oxydatif. Le stress oxydatif impacte de nombreuses molécules, notamment les lipides cutanés, essentiels à l’élasticité de la peau.

Un autre mécanisme du vieillissement cutané, bien moins célèbre, est appelé la glycation. Cette réaction met en jeu les sucres et les protéines de notre peau : en causant une sorte de « caramélisation » des protéines, elle cause notamment la perte de souplesse de la peau, ou encore les taches brunes qui apparaissent avec l’âge.

Ces deux mécanismes produisent également des composés qui accélèrent à leur tour le processus de vieillissement cutané, les AGE (Advanced Glycation Endproducts, produits au cours de le glycation), et les ALE (Advanced Lipid Peroxidation Endproducts, produits lors de l’oxydation des lipides).

Au fil du temps, ces composés s’accumulent dans notre corps, et diminuent ainsi la quantité de collagène et d’élastine qui assurent la souplesse de notre peau.

Et c’est ainsi que s’installent nos pattes d’oie, rides du sourire et autres plis disgracieux…

Courbe âge vs collagène
Courbe âge vs collagène

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par une astérisque *
Vous pouvez utiliser les attributs et tags HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>