Les radicaux libres, vous en avez déjà entendu parler, c’est certain ! Soit sur notre site, dans notre article sur la peau et le vieillissement cutané, soit dans l’une des nombreuses publicités télévisées vantant les mérites d’une crème anti-âge, illustrés avec l’aide d’une mannequin de 26 ans à la peau parfaite. En réalité, étant donné que le vieillissement cutané s’amorce autour de nos 25 ans, elle a raison de commencer à utiliser une crème anti-âge notre mannequin !

 

Alors les radicaux libres, c’est quoi ?

 

Pour fonctionner correctement notre corps a besoin d’oxygène. Ce qui fait qu’en général, l’oxygène on l’aime bien, et qu’il est plutôt de notre côté en termes de santé et de bien-être. En réalité, au sein de notre organisme, l’oxygène participe à de nombreuses réactions chimiques, et génère des composés qui peuvent également avoir des effets délétères sur nos cellules. Ces composés sont appelés Dérivés Réactifs de l’Oxygène (ou ROS pour Reactive Oxygen Species en anglais), et ont un rôle physiologique essentiel. Seulement parfois, les effets négatifs qu’ils peuvent générer deviennent plus importants que leurs effets positifs (et nécessaires !) : dans ce cas, on se trouve en situation de stress oxydatif.

Les radicaux libres font partie des ROS: ce sont des molécules très instables et très réactives. Ils sont formés au cours de réactions chimiques impliquant l’oxygène, et s’ils sont si réactifs, c’est parce qu’ils ont fini par se retrouver avec un électron célibataire ! Comme tous les célibataires, cet électron aimerait bien avoir une liaison avec un autre électron ! Du coup les radicaux – avec leur électron célibataire – sont des molécules folles qui cherchent à tout prix à réagir avec quelque chose pour retrouver leur électron manquant !

Radicaux libres: formation d'un radical libre
Radicaux libres: formation d'un radical libre

Cibles des radicaux libres dans la peau

 

Les radicaux libres peuvent réagir avec de nombreux composés biologiques mais ils ont des cibles cutanées privilégiées telles que l’ADN, le tissu élastique, les protéines du derme ou encore les lipides cutanés.

 

L’ADN cellulaire : L’ADN est la cible radicalaire la plus importante de toutes car tous les dommages qu’il subit retentissent sur l’ensemble des synthèses cellulaires. L’ADN est également directement impacté par l’action des rayons UVB, d’où la nécessité de bien se protéger des rayons du soleil !

 

Le collagène et le tissu élastique : Le tissu élastique est particulièrement sensible à l’agression radicalaire du fait de sa richesse en protéines, facilement oxydables (collagène, élastine, etc … ). Les fibroblastes, essentiels à la production de collagène, sont directement touchés par l’action des UV et des radicaux, qui dérèglent leur fonctionnement enzymatique et altèrent ainsi la production de collagène et la tonicité dermique.

 

Les autres protéines : Elles sont également directement impactées par les radicaux, surtout du fait de leur teneur en soufre. Sous l’action des radicaux libres, elles peuvent se voir découpées, dénaturées, et rassemblées sous forme d’agrégats, ne pouvant ainsi plus remplir leurs fonctions primaires de soutien dermique.

 

Les lipides membranaires : Les lipides membranaires, particulièrement riches en acides gras, représentent une cible privilégiée pour l’agression radicalaire. Ils sont le siège de la péroxydation lipidique. Leur oxydation conduit à une désorganisation des membranes cellulaires induisant des modifications de la fluidité et de la perméabilité des cellules cutanées.

Effets des facteurs externes aggravants sur la peau
Effets des facteurs externes aggravants sur la peau

Facteurs aggravants et antioxydants

 

Les ROS jouent un rôle physiologique essentiel, et sont générés naturellement dans notre corps. Cependant, certains comportements peuvent favoriser leur production et exacerber leurs effets négatifs. C’est le cas des rayons UV (notamment les UVA), ou encore de la consommation de tabac ou d’alcool.

Que l’on se rassure, même si les radicaux (et les ROS de manière générale) sont naturellement présents dans notre corps, leurs ennemis jurés, les antioxydants, s’y trouvent également ! Que la nature est bien faite…

Les antioxydants peuvent prendre différentes formes et sont capables de retarder  ou d’empêcher l’oxydation d’un substrat, même lorsqu’ils sont peu nombreux face à l’ennemi ! Ils peuvent notamment contrecarrer directement la formation de ROS, évitant par la même occasion le déclenchement de réactions de glycation, de péroxydation lipidique, ou les dommages à l’ADN.

 

L’actif Lygalamine de Pharm’Aging a été développé spécifiquement pour prévenir  le vieillissement cutané. Outre ses propriétés anti-glycation, il aide à lutter efficacement contre la production des radicaux.

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par une astérisque *
Vous pouvez utiliser les attributs et tags HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>